Si la compagnie Dare d'Art, par le biais de ses interprètes Sophie Kantorowicz et Xavier Martin, a décidé de ressusciter Albertine Sarrazin le temps d'un spectacle, c'est qu'ils y ont perçu une source d'inspiration pour leur imaginaire. Ils s'emparent des passions de cette femme à la vie hors du commun.

À la manière d'un papillon, elle ne fut clouée au sol que par la prison et de quelle façon !

Enfermée, en cage, dès son plus jeune âge, elle n'aspire qu'à s'évader, s'envoler… 
Symboliquement le personnage ne touchera le sol qu'incarcéré… par la pesanteur.

Sous forme de métaphores visuelles, les artistes de la compagnie Dare d'Art inventent un langage poétique et acrobatique grâce à leur longue pratique des arts du cirque et notamment leur maîtrise de l'univers aérien. Catalyseur d'émotions, le corps en mouvement féconde les images suscitées à la lecture des romans et sert la dramaturgie à bon escient.

Nous envisageons ce spectacle sous un angle aérien, métaphore de cette vie volée au temps que fut celle d'Albertine Sarrazin. Au sens littéral du terme, « Elle n'a pas touché terre »

                                     

Tout sur  Albertine Sarrazin 
 Dossier complet 
La presse en parle..
 
Fiches technique
Grande Structure
Petite structure
GALERIE PHOTOS

Archives des tournées

AGENDA

Fiche technique disponible sur demande plan technique petite & grande structure dans téléchargement

 

  • En salle ou sous chapiteau

  • plateau de 8x10

  • 5m80 sous grill (minimum) pour la grande structure et 5m20 pour la petite d'Avignon

Pièce acrobatique librement inspirée de l'oeuvre d'Albertine Sarrazin et de ses correspondances

Création : Compagnie Dare d'Art 
Mise en scène : Isabelle Caubère 
Musique : Théophile Vialy 
Costumes : Cissou Winling 
Décor et Accessoires : Jeff Perreau

et Adeline Louis 
Co-Production : Théâtre Jean Vilar (Montpellier) / Pôle Cirque Cévennes / Compagnie Dare D'Art  

 
Spectacle à partir de 8 ans

ALBERTINE
SARRAZIN
de l'autre côté du chronomètre

Née sous x à Alger, le 17 septembre 1937, Albertine Damien naîtra une seconde fois sous le  patronyme d'Albertine Sarrazin. Soutenue par Simone de Beauvoir et publiée par Jean-Jacques Pauvert, c'est une « bombe » littéraire, phénomène médiatique traduite en vingt-huit langues qui explosera en 1965 avant de mourir en 1967 à vingt neuf ans, laissant derrière elle trois livres seulement.

La matière de ses romans, Albertine Sarrazin l'a puisée dans son vécu, rebelle dans la France de monsieur De Gaulle, tour à tour emprisonnée, en cavale, amoureuse, tapineuse, elle recrache dans ses livres une rage de vivre et un humour à toute épreuve qui résonneront dans le coeur de millions d'êtres humains.

Les livres donnent peu de place à l'humour, si ce n'est l'humour désespéré de ceux qui ont tout perdu. Paradoxalement, Albertine en a beaucoup, elle pétille lorsqu'elle « croque » les personnages qui l'entourent à chaque moment de son existence, que ce soit Ginette et sa fille chez qui elle se « planque », le petit couple de truands qui l'héberge un moment, les infirmières de l'hôpital où elle a réussi à se faire soigner clandestinement. Chaque fois elle observe avec malice et justesse et nous le restitue dans son essence. Nous nous efforcerons de faire revivre avec humour tous ces personnages qui nous ont touchés par leurs côtés profondément humains et cocasses. Pour cela nous nous attacherons les doigts habiles de Cissous Wingling (avec qui nous avons collaboré plusieurs fois) qui nous travestira comme par magie afin d'incarner au mieux ce « monde » d'Albertine.

Une spectatrice nous adresse un mail : 
"Tout est réussi dans ce spectacle peu commun situé au carrefour du théâtre (pièce sur grand échiquier de la vie où l'on oublie déjà le mur de grimpe), de la littérature (talentueuse narratrice Albertine-Sophie Kantorowicz. Je sortais de La Traversière !), du cinéma (surtout lors de l'éclairage de la rue, entre autres) de la voltige (car tout cela ne serait pas possible sans vos talents aériens). Je sais, ça ne va pas beaucoup vous aider mais c'est comme ça. J'ai aimé et vous remercie encore pour ce temps suspendu et prolongé de ma lecture.     Vergèze 24 avril 2009

Albertine retrouvée

 

NICE MATIN / GRASSE / SPECTACLE / THÉÂTRE DE GRASSE - LUNDI 29 MARS 2010

« De l'autre côté du chronomètre » raconte Albertine Sarrazin, dans un des plus beaux spectacles de la saison, présenté au Théâtre de Grasse jeudi et vendredi. 
Enfants d'Archaos et du cirque Plume, des Arts et des Colporteurs Sophie Kantorowicz et Xavier Martin de la Compagnie Dare D'Art ont été applaudis avec un enthousiasme mérité par le public grassois. Ces artistes ont l'élégance du coeur, celui d'offrir à la fois une performance artistique, acrobatique, qui se superpose exactement au superbe texte d'Albertine Sarrazin. Et celui, au final, de remercier devant le public, les techniciens du théâtre.
Si la réussite de ce spectacle ne tenait qu'à la prise de risque des comédiens acrobates, ce serait déjà réjouissant. Mais les voir évoluer sur le plan vertical d'un mur d'escalade tient du prodige. Cela donne des effets à la fois poétiques, inouïs et curieux qui placent le spectateur dans une position inédite : il est rare d'assister au théâtre à des scènes vues en plongée comme parfois au cinema. Cette élégance du coeur se reflète immédiatement dans le choix du texte et de sa mise en scène d'Isabelle Caubère, intelligente. L'Astragale d'Albertine, a été, il est vrai un best-seller des années soixante. Elle est pourtant toujours d'actualité, l'histoire de cette femme parfaitement vivante, anticonformiste qui, pour ne jamais obéir, ne se sent jamais coupable pour autant. La performance, réelle, ne fait pas écran à la force du texte, elle n'est pas là pour mettre en avant des talents, dénuée de narcissisme, elle réalise un délicat équilibre : offrir au public le bonheur. A.M. 

ARTICLE DE

         PRESSE

Vidéo Reportage Toulouse 2011 / A. Sarrazin

© 2017 Joyeux / Garret / Dare d'art / Wix